Journées du Patrimoine 17 et 18 septembre prochain: Le bourg des Landes Genusson au XVIIIème siècle

Image1Les 17 et 18 septembre prochain auront lieu les Journées du Patrimoine.

C’est l’occasion de se remémorer un fait patrimonial de La Commune des Landes Genusson.

Nous avons choisi d’évoquer la situation du bourg au XVIIIème siècle dans un contexte de projet d’aménagement autour du cœur de bourg, un projet qui se réalisera sur plusieurs années.

Au XVIIIème siècle, le curé-Seigneur, propriétaire du bourg, exigeait de chaque habitant une sorte d’impôt : le cens. Régulièrement, le possesseur d’une maison, d’un jardin devait faire sa déclaration au curé-Seigneur. Les illettrés étant nombreux, on faisait appel au notaire pour rédiger l’acte. Il y avait à cette époque trois notaires aux Landes.

D’après de nombreuses déclarations, on imagine très bien les maisons aux Landes-Genusson à cette époque. « Maisons  bâties à chaps » c’est-à-dire, pierres liées par de la terre jaune, parfois un étage peu élevé (chambres hautes), toiture de tuiles. À l’intérieur, souvent de la terre battue, une cheminée, un mobilier rudimentaire. L’humidité régnait, les maladies, particulièrement la tuberculose faisaient de sérieux ravages. Les statistiques nous apprennent qu’à cette époque en France, deux enfants sur quatre n’atteignaient pas l’âge adulte.

Bien sûr, les maisons étaient beaucoup moins nombreuses qu’aujourd’hui. Elle se pressaient autour de l’église qui était vraiment le centre du bourg. Celle-ci s’élevait à l’emplacement de l’église actuelle mais elle était moins vaste et moins haute. L’accès en était malaisé puisque plusieurs maisons, aujourd’hui démolies en gênait l’entrée.

La cure, très vaste, occupait une partie de l’actuelle salle paroissiale et jouxtait le transept gauche de l’église. La cour s’étendait sur l’emplacement occupé aujourd’hui par l’ancienne cantine et l’ancienne-mairie. Un portail donnait sur la rue du Couvent. De grands jardins où chaque habitant avait sa parcelle entouraient le bourg : jardins de la Timandière, du Pavé, de la Croix, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Châtellenie des Landes-Genusson était très étendue, tant en longueur qu’en largeur. Elle allait jusqu’à 2 lieues (8 km environ). Le long des Landes était très fréquenté et bien qu’il n’y eût ni port, ni rivière, les étrangers y affluaient de toutes parts. La cure y a vu parfois plus de cent invités. Le bourg important nécessitait la présence d’un sénéchal (chef de la justice), d’un  procureur fiscal, d’un greffier, d’un sergent (officier de police), de notaires et quantité de nobles et gens de condition. Les marchands venant de Fontenay-le-Comte, de Niort, de Saintes, de La Rochelle, se rendaient à Nantes ou à Angers en passant par Les Landes-Genusson.

Le seigneur-curé y exerçait le droit de péage (passage) mais il était obligé, comme tous les seigneurs qui jouissaient du même droit, d’entretenir les routes, les ponts et de défendre les voyageurs contre les bandes de brigands et de pillards qui infestaient presque tous les chemins.

Aujourd’hui, nous encourageons les landais à embellir leurs façades de maisons pour que le bourg soit joli. Le bourg a été réaménagé en 2006. La commune entretient les plantations et le fleurissement au quotidien pour maintenir ce cœur de bourg agréable.

 

Le projet principal du mandat actuel est de maintenir l’attractivité et la densité dans ce cœur de bourg, c’est pourquoi nous menons un projet de CCU (Contrat communal d’urbanisation) afin de proposer des services et des logements de proximité à la population. Dans un premier temps, nous permettrons aux professionnels de santé de se regrouper dans un même bâtiment, construit sur une partie de l’actuelle place Maréchal-Leclerc. Les travaux de ce pôle santé commenceront en septembre 2017. Auparavant, nous travaillons à l’aménagement de parkings supplémentaires et au déplacement des poubelles et de l’abri-bus.