HISTOIRE: Le messager Landais N°2

Capture

JOURNAL DES SOLDATS 1958-1962

Chers amis Landais,

Dans la rubrique UNC – Soldats De France, sur le site Internet communal, nous avons, il y a quelques années, et en quelques mots, évoqué le conflit algérien qui s’est étendu de 1954 à 1962, auquel le contingent participa, avec une incorporation directe en AFN pour certains.

C’est en avril 1958 que l’abbé Paul ARNAUD, natif de l’Aiguillon-sur-Vie, est nommé vicaire de la paroisse des Landes. Il a aussi connu le conflit comme lieutenant ‘’rappelé’’ et dès son arrivée il crée un petit journal, sans prétention, destiné aux soldats et à leurs familles, qui relate les faits divers du Pays et qui en même temps donne des nouvelles de chacun à tous ! C’est le lien qui nous unissait quand nous étions quelque part … là-bas. Il avait pour nom ’’Le Messager Landais’’ et accessoirement le ‘’Journal des Soldats.’’

L’abbé en était le rédacteur en Chef. Il recevait le courrier des soldats et ne faisait paraître que ce qui pouvait être publié. En dehors des nouvelles des soldats et l’Edito de l’abbé, empreint de spiritualité, apparaissaient les C.R. des matchs de football de l’ASL et les potins du village. Nous étions organisés comme un vrai journal avec inventaire des sujets à traiter et leur distribution. La publication était mensuelle, et le premier numéro, que malheureusement nous n’avons pas retrouvé date de juillet 1958 et le dernier de mai 1962. Il n’y avait pas de sondage mais nous savions que le journal était attendu et tellement apprécié !

Toute cette littérature a été numérisée et apparaît à la rubrique UNC sur le site de la commune. A chaque parution de l’Actualité Landaise vous pourrez retrouvez le numéro du Messager Landais qui paraitra sur le site internet de la commune en cliquant ICI.

Merci à tous ces journalistes en ‘’herbe’’. Merci à Jean-Michel Baudon d’avoir tout numérisé. Merci également à Bernard Chupin de la classe 56, aujourd’hui disparu, le ‘’Chaunu’’ de notre journal, à Jean-Claude Barré d’avoir su conserver une grande quantité de ces numéros, à l’abbé Arnaud et à son successeur, l’abbé Préau, d’avoir ainsi contribué à rendre notre vie là-bas, un peu plus supportable !

Bonne lecture. Raymond Gabillaud, pour l’UNC.